Découvrez l’Histoire au delà de la bataille

La mort d’Arthur Wellington

Arthur Wellington, de son vrai nom Arthur Wellesley, duc de Wellington, est l’un des deux grands vainqueurs de la bataille de Waterloo.

Signant son bulletin de victoire dans la commune du même nom, il donne à la bataille ce nom iconique à travers le monde.

Wellington avait déjà vaincu des maréchaux de Napoléon en Espagne, mais cette victoire de prestige qui conduit à la deuxième abdication de l’Empereur lui confère une aura extraordinaire, et lui ouvre les portes d’une carrière en politique.

En 1819, le Duc de fer accède au titre de Maitre général de l’équipement de l’armée britannique, l’un des rôles les plus importants. Tout s’accélère à la fin de la décennie 1820.
En 1827, Arthur Wellington est nommé commandant en chef de l’armée (il y restera jusque son décès en 1852, excepté lors de sa mandature de Premier ministre).
Il accède au poste suprême de Premier ministre l’année suivante, en 1828. Membre du parti Tory, il est conservateur dans ses prises de décisions. Il est remplacé deux ans plus tard, après avoir subi la perte d’un vote de confiance à la Chambre.

En 1834, il assure un intérim d’une durée de trois semaines, toujours en tant que Premier ministre. Il a refusé le poste, mais Robert Peele étant en Italie, le Duc mène les affaires de l’État provisoirement.

Secrétaire d’État aux Affaires étrangères puis président de la chambre des Lords, il se retire de la vie politique en 1846, six ans avant sa mort. Il meurt le 14 septembre 1852. Inhumé à la cathédrale Saint Paul de Londres, on lui organise des funérailles nationales.

“Believe me, nothing except a battle lost can be half so melancholy as a battle won”.

Arthur Wellesley, duc de Wellington

Antoine Charpagne – Responsable culturel du Mémorial de la bataille de Waterloo 1815